fbpx

Les différents coups au badminton


Le badminton est souvent considéré comme un sport de raquette simple et peu fatigant. Pourtant, il s’agit d’une pratique à la fois éprouvante et très tactique, comme en témoignent le nombre et la complexité des coups. Les fondamentaux sont relativement faciles à acquérir.
Il appartient ensuite aux badistes d’approfondir en intégrant un club et en rencontrant des compétiteurs selon leur niveau.

J’ai réalisé des animations pour vous aider à identifier facilement les différents coups au badminton grâce à Nghia Tran.

Le service

Le service ou engagement représente un premier coup décisif, car il permet d’initier une véritable offensive.

En simple, le serveur doit se placer dans la zone de droite si son score est pair, et dans la zone de gauche si le score est impair.

PHOTO TERRAIN PLACEMENT

Même chose dans un placement en double : c’est le joueur dans la zone droite qui servira en cas de score nul ou pair, celui de la gauche servira en cas de score impair. Après avoir marqué un point, le serveur va changer de côté.

Bien commencer une partie avec le service

Pour servir, le joueur doit se placer derrière la ligne de service. Le coup droit est à privilégier, et on peut choisir entre trois types de services.

Le service long

Le service long, un coup classique qui consiste à envoyer le volant au fond du terrain de badminton pour forcer le receveur à reculer sans avoir la possibilité d’attaquer. Avec cette trajectoire, le volant tombe verticalement. Le service long est surtout utilisé en simple.

Le service court

Le service court oblige le joueur adverse à relever le volant, il est ainsi plus facile pour le serveur d’attaquer. Le volant suit une trajectoire plongeante au ras du filet et atterrit derrière la ligne de service. Le service court est plus utilisé en double.

Le service tendu

Le service tendu envoie le volant dans une trajectoire tendue au-dessus du receveur de façon à le surprendre, mais il présente un inconvénient majeur : si l’adversaire frappe un coup offensif, le serveur aura moins de temps pour réagir. C’est pour cette raison que le service tendu est plus utilisé en double qu’en simple.

Pendant le service, il y a faute dans l’un des cas suivants :

  • Le serveur manque le service
  • Le volant est frappé au-dessus de la taille du serveur
  • Les pieds du serveur se trouvent sur la ligne de service ou hors de la zone de service
  • Le volant ne retombe pas dans la zone de service adverse qui est située en diagonale

Les coups offensifs classiques

Lorsqu’un joueur ou une équipe se trouvent en position d’attaque, il existe deux coups classiques à privilégier : le smash et l’amorti.

Le smash

Le smash est un coup puissant qui fatigue facilement le camp adverse, car il oblige à se déplacer rapidement et à essayer de riposter avec des coups longs.

Pour faire un smash, il faut frapper le volant avec force au-dessus de la tête, de manière à viser le sol.
C’est le coup le plus puissant au badminton, car le volant peut atteindre une vitesse de 300 km/h.

Un smash vu des deux côtés d’un badiste

Pour effectuer ce coup, le joueur (surtout s’il est débutant) peut sauter ou frapper en gardant les pieds au sol.

Afin que le smash ait toutes les chances d’être un coup gagnant, il faut le réaliser avec précision et rapidité, pour que l’adversaire soit déstabilisé. La bonne technique consiste à se placer derrière le volant, pour que le point d’impact se trouve devant soi. Le coup ainsi réalisé est plus puissant, et on peut se replacer à l’avant du terrain plus rapidement.

L’amorti

L’amorti, comme son nom le laisse entendre, s’agit d’un coup moins fort que le smash. Cela consiste à envoyer doucement le volant pour le faire tomber derrière le filet sur le court de l’adversaire.

L’objectif est d’obliger ce dernier à se déplacer, mais aussi et surtout de placer le volant près du filet pour marquer un point pour contraindre l’adversaire à lever le volant.

Un contre-amorti croisé !

Pour effectuer ce coup, il faut se positionner en tournant les épaules perpendiculairement au filet, puis effectuer une rotation des épaules et des hanches. Le mouvement de la raquette suit celle du corps.

Lire aussi : mes conseils pour choisir sa raquette de badminton

Le dégagement

Le dégagement, un autre classique, peut être utilisé comme coup offensif ou défensif. Cela consiste à envoyer le volant le plus loin possible dans le court opposé.

Il s’agit du 1er coup à apprendre en badminton !

Un bon dégagement parabolique !

L’objectif est de faire tomber le volant au-dessus de l’adversaire ou derrière lui. Dans un coup d’attaque, le dégagement sert à créer un effet de surprise avec une trajectoire haute, de manière à ce que l’adversaire ait du mal à intercepter le volant.

En défense, il sert surtout à gagner du temps : lorsqu’on se trouve coincé au fond du court, on envoie le volet loin dans le camp adverse pour pouvoir rejoindre le milieu de terrain. Le dégagement est un coup fondamental qui est surtout utilisé en simple.

Les autres coups

En double, il est possible de réaliser un coup plus risqué lorsqu’on se trouve en position d’attaque : le rush. Court et puissant, il est effectué par le joueur en avant et consiste à contrer le volant juste au-dessus du filet dans une trajectoire descendante. Pour le coup, il faut garder la raquette assez haute afin d’anticiper un retour et de conclure l’échange. Même s’il s’agit d’un bon moyen de marquer un point, le rush est très risqué, car il est facile de toucher le filet. Le joueur doit faire preuve d’une grande souplesse dans le poignet et la prise de raquette.

Le drive est également un coup privilégié en double. Il s’agit d’une offensive sèche suivant une trajectoire plate au-dessus du filet pour atterrir entre la ligne de service et la ligne de fond. En simple, ce coup est risqué, car le volant peut facilement sortir du terrain.

Rapide et le volant rase le filet !

Concernant la défense, le type de coup frappé dépend surtout des coups reçus à l’attaque. Ainsi, le contre-amorti répond à un amorti en visant à faire tomber le volant derrière le filet avec un tamis légèrement incliné, dans une trajectoire verticale. Face à la puissance d’un smash, le joueur adverse n’a pas beaucoup de choix. Il doit souvent réaliser un lift, qui est un coup en hauteur destiné à tomber derrière l’attaquant afin de gagner du temps. Son exécution est similaire au lob, la seule différence se trouve au niveau de la hauteur : lors d’un lob, qui est un coup offensif, le volant suit une trajectoire moins élevée.

Toujours dans le lexique du badminton, les joueurs évoquent parfois un coup bien particulier, en disant qu’ils viennent de faire un bois. Il s’agit d’un coup où le volant touche le cadre de la raquette. Même s’il est autorisé, ce coup n’est pas particulièrement recommandé.

Difficile à réaliser et le résultat est imprévisible !

Enfin, mentionnons un autre coup souvent utilisé par les badistes : le revers. Il consiste à renvoyer la balle dans le côté gauche d’un joueur droitier, ou le côté droit d’un joueur gaucher. Ce coup peut aussi représenter un moyen efficace de gagner du temps ou de dérouter l’adversaire, selon que l’on se trouve en position de défense ou d’attaque.

Parfois les coups sont tellement variés au badminton que ça donne cela :

Quel est votre coup préféré ? Moi c’est le smash 😆


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *